Vous souhaitez être capable de mettre en place Google Tag Manager sur votre site E-commerce Prestashop? Vous souhaitez savoir paramétrer correctement Google Analytics avec GTM, mettre en place un suivi avancé avec les fonctionnalités les plus modernes et démarrer le remarketing dynamique avec Google Adwords et Facebook ? Alors vous êtes au bon endroit.

Dans ce guide épique de plus de 8000 mots, je vais vous guider pas à pas et à la fin, vous serez prêt à augmenter votre chiffre d’affaires de façon significative

Rattacher ce guide aux précédents

Ce guide sur Google Tag Manager se trouve être le quatrième. Dans la première partie, nous avons fait une première approche théorique de GTM. Nous avons vu les avantages de la solution, son principe de base, la manière dont on déclenche les balises et un premier aperçu des événements et des variables. Dans la seconde partie, nous avons vu le Datalayer. Comment ça marche, à quoi ça sert, les pièges à éviter et comment l’installer sur son site dynamique.

Dans la troisième partie, nous avons vu presque tout ce qu’il fallait voir quant à l’utilisation de GTM avec WordPress : paramétrage Google Analytics, mise en place et paramétrage du plugin GTM pourWordPress, enrichissement du suivi Google Analytics, suivi des conversions avancé, mise en place du remarketing Facebook…

Vous pouvez retrouver ces autres guides ici :

Sommaire de ce guide :

Prestashop : installation du Google Tag Manager

Vous noterez également qu’à l’heure où j’écris cet article, la dernière version de Prestashop est une 1.6. Et bien que la sortie de la version 1.7 soit imminente, je pense que la 1.6 a encore de beaux jours devant elle. C’est donc sur cette version que nous allons travailler. :-)

Vous noterez également que cette partie Installation GTM + paramétrage complet du e-commerce amélioré est disponible sous forme d’un slideshare allégé téléchargeable :

Commençons par aller sur Prestashop Addons afin de trouver le module dont nous avons besoin. Il s’agit du module Google Tag Manager Enhanced Ecommerce (UA) Tracking. Vous noterez qu’il ne s’agit pas d’un lien affilié. J’utilise ce module parce qu’il va bien. C’est tout. Libre à vous d’en utiliser un autre si vous le souhaitez.

config-tag-manager-prestashop

 

Il y a quelques temps, j’utilisais le module moins cher juste à côté. Mais pour 40€ de différence, je fais le choix de la facilité, et je vous invite à faire de même. En effet, le e-commerce amélioré dans Google Analytics n’est plus une option en 2016.

Et une implémentation manuelle est quelque chose de technique et d’assez long. Si votre site n’est pas prestashop et que vous devez le faire manuellement, bon courage. Vous pouvez également me contacter, je peux l’implémenter pour vous.

Une fois le module acheté et installé sur votre prestashop, vous allez devoir le paramétrer. Il faut personnaliser les fichiers tpl de prestashop afin d’ajouter deux hooks.

Mais bonne nouvelle, le module propose une installation automatique et c’est vraiment appréciable. Donc tout ce que vous avez à faire c’est de cliquer sur le bouton Install custom hooks :

article-gtm

Ensuite, vous devrez renseigner votre identifiant GTM et si vous le souhaitez vous pouvez en même temps activer les paramètres du remarketing dynamique.

Si vous avez un flux de produit déjà paramétré, je vous recommande de le faire. Nous verrons plus loin dans ce tuto comment s’en servir.

article-gtm

Concernant le dernier choix, c’est un tout petit peu plus technique. En fait, dans un flux de produits Merchant Center, chaque produit a un item ID.

Généralement, on passe par un module pour générer dynamiquement un flux à partir de son catalogue. Moi par exemple, j’utilise Module Google Merchant Center (Google Shopping) de BusinessTech. La encore je n’ai aucune affiliation.

Par défaut, ce module là utilise le l’id prestashop du produit. Dans ce cas, le réglage de base (tel que sur l’image ci-dessus) est bon. Si vous n’utilisez pas le même module que moi, je vous invite à vérifier comment le vôtre définit les ids produit de votre flux.

Note : Google et Prestashop ont mis en place un partenariat en octobre 2016 visant à faciliter la synchronisation des flux et leur gestion pour les possesseurs de boutiques prestashop (mais aussi Magento).

Concrètement, Google met donc à disposition un module gratuit pour prestashop qui va permettre de manière ultra simplifiée d’envoyer vos données produits vers Merchant Center en quelques clics.

Pour avoir testé, c’est vraiment top en terme de simplicité et de gain de temps. D’ailleurs, c’est un sujet sur lequel je peux blogger si cela intéresse quelqu’un? Laissez-moi un commentaire si c’est le cas.

Vous pouvez trouver ce module ici. Et obtenir plus d’informations ici. Attention toutefois, cela n’est possible que si votre site est en Https. Google fait le forcing, c’est normal :-)

Une petite note supplémentaire également. Lors d’un récent échange sur Twitter, Prestarocket me faisait remarquer à juste titre que vous pourriez avoir à modifier une class de votre prestashop pour que le Tag Manager fonctionne bien :

En l’occurrence je n’en ai pas eu besoin mais il est possible que vous ayez à le faire, selon votre version de PS. Ci besoin, voici le lien où tout est expliqué : http://www.prestarocket.com/blog/prestashop-google-tag-manager/.

Retour au sommaire

Vie privée et politique en matière de cookies

Avant de continuer, il est important de faire un point sur la vie privée et votre politique en matière de cookies.

Tous les joujoux dont nous allons parler plus bas vous donnent des possibilités de gagner de l’argent (ou plus d’argent).

Mais pour les utiliser en toute légalité, vous devez respecter la loi. L’article de référence, c’est celui-ci : https://www.cnil.fr/fr/cookies-traceurs-que-dit-la-loi

En résumé, vous devez informer vos visiteurs et leur demander leur consentement (valable 13 mois maximum) préalablement à l’insertion de traceurs et cookies (cookies HTTP, pixels, identifiants).

De plus, ils doivent disposer d’une possibilité de choisir de ne pas être tracés lorsqu’ils visitent votre site.

Sont particulièrement concernés :

  • Les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ciblée (le remarketing dans notre cas)
  • Certains cookies de mesure d’audience (Google analytics dans notre cas)
  • Tout autre identifiant généré par un logiciel ou un système d’exploitation (l’UserId dans notre cas).

Pour être en conformité avec la loi, vous devez donc :

  • Afficher une bannière d’avertissement pour informer les utilisateurs sur l’utilisation des cookies et demander leur consentement
  • Désactiver les modules utilisant des cookies à l’arrivée des internautes
  • Activer ces cookies après obtention de leur consentement ou  les maintenir désactivés si l’internaute refuse l’utilisation de ces cookies

Vous pouvez bien sûr demander à votre développeur de créer ça. Sinon, vous pouvez acheter un module tout prêt pour 29€. Mon choix se porte sur celui-ci (mais il y en a d’autres) :

article-gtm

Configuration du E-commerce amélioré Prestashop avec Google Tag Manager

Configuration de Google Analytics

Bien, maintenant, nous allons commencer par configurer le E-commerce amélioré dans Google Analytics. Pour ce faire, rendez-vous dans l’admin, au niveau des paramètres de la vue, section paramètres du commerce électronique :

config-tag-manager-prestashop

Si ce n’est pas déjà fait, vous activez le suivi du e-commerce :

config-tag-manager-prestashop

Vous passez ensuite à l’étape 2 et vous activez le commerce électronique amélioré. Vous devez ensuite paramétrer les différentes étapes de checkout.

Ces libellés servent uniquement à des fins d’affichage, afin qu’Analytics puisse créer une visualisation efficace de l’entonnoir de conversion de votre processus de paiement.

Si vous utilisez le processus de commande standard en 5 étapes vous devez absolument le paramétrer. Si au contraire vous êtes en checkout express, c’est moins nécessaire.

Afin d’être le plus complet possible et en imaginant que vous êtes en processus standard, voila la marche à suivre :

configuration-suivi-ecommerce-ameliore-google-analytics

Maintenant, direction GTM.

Configuration du commerce électronique amélioré dans GTM

Il va s’agir de créer un compte (si ce n’est déjà fait), puis de mettre en place les balises Analytics pour tracker efficacement les choses dont nous avons besoin.

Note : si vous devez créer un compte, vous pouvez suivre la même procédure que nous avions suivi sur WordPress. Vous pouvez donc soit vous y reporter soit suivre les premières étapes du slideshare ci-dessus.

Si vous avez déjà un compte, attaquons la configuration. Je vais volontairement partir de zéro. Commençons par une bonne pratique. On va créer une variable avec notre identifiant Google Analytics afin de ne pas avoir sans arrêt à faire de copier-coller. Vous allez vite comprendre.

Pour ce faire, allez sur variables. Faites défiler jusqu’en bas et cliquez sur le bouton Nouvelle. Donnez lui un nom évocateur. Moi je mets « GA id » en général.

Cliquez ensuite sur le cadre configuration de la variable. Sur la droite, choisissez le type Constant. Copiez-collez votre UA Analytics et enregistrez :

article-gtm

Maintenant, passons aux choses sérieuses. Cliquez sur Balises puis Nouvelle. Donnez lui un nom évocateur. Moi généralement je choisis « Google Analytics – Suivi de Base« .

Cliquez ensuite sur le cadre configuration de la balise puis sélectionnez le type Universal Analytics :

article-gtm

De là, nous allons configurer un peu cette balise. Tout d’abord, nous devons lui donner notre Id Google Analytics. Ca tombe bien, nous l’avons enregistré dans une variable juste avant. On va donc cliquer sur le bouton juste à côté du champ et aller chercher la variable GA id :

article-gtm

Au niveau du type, nous allons laisser Page vue. Nous allons par contre déplier les options options supplémentaires afin d’activer les fonctionnalités avancées de commerce électronique et de définir que nous allons utiliser les variables de couche de données :

article-gtm

Maintenant, descendez plus bas sur la page et cliquez sur le cadre Déclenchement. Théoriquement, vous ne voyez que pages vues. Il va donc falloir créer un nouveau déclencheur. Pour cela, cliquez sur le « + » en haut à droite :

article-gtm

De là, vous cliquez sur le cadre configuration du déclencheur. Vous lui donnez le nom gtm.dom puis vous choisissez le type évenement personnalisé :

article-gtm

Ensuite, vous renseignez gtm.dom dans la case du nom de l’événement et vous enregistrez :

article-gtm

Nous avons terminé la configuration du suivi. Nous devons maintenant activer l’ajout au panier.

Pour cela, nous allons créer une nouvelle balise Universal Analytics. Nous cliquons donc sur Balise puis sur le bouton Nouvelle. Nous lui donnons un nom évident. Moi je l’appelle « GA – Event – Ajout panier« . Choisissez ensuite le type Universal Analytics.

Nous allons maintenant paramétrer cette balise. Elle sera de type événement. La catégorie sera Ecommerce et l’action Ajout Panier.

sans-titre-2

Puis dans les paramètres additionnels, il faudra activer les fonctionnalités avancées de commerce électronique et de définir que nous allons utiliser les variables de couche de données :

sans-titre-2

Passons maintenant au déclenchement. La encore, il faut créer un nouveau déclencheur. On clique donc sur le « + », on donne un nom évident au déclencheur, qui sera une nouvelle fois de type événement personnalisé. Moi je l’appelle addToCart. Et le nom de l’événement c’est pareil, c’est addToCart :

article-gtm

Vous pouvez enregistrer, nous avons terminé l’ajout au panier :-).

Passons maintenant à la suppression de panier :-(

Re-bellote, nouvelle balise Google Analytics. Appelons-la « GA – Event – Suppression du panier« . On va chercher notre variable GA id. La balise sera de type évenement, catégorie : Ecommerce, action : suppression du panier.

Et comme auparavant, nous activons les fonctionnalités avancées de commerce électronique et définissons que nous allons utiliser les variables de couche de données.

Encore une fois, nous allons créer un nouveau déclencheur de type événement personnalisé pour déclencher cette balise. La balise s’appellera removeFromCart. L’événement également :

article-gtm

Dernier point et nous en aurons terminé avec le paramétrage du E-commerce amélioré. Nous allons activez le One Page Checkout. C’est optionnel et uniquement si vous souhaitez l’utiliser. Personnellement je recommande. En tout cas de tester.

Donc, nous créons une nouvelle balise Universal Analytics. Nous l’appelerons « GA – Event – One Page Checkout« . Nous rattachons la variable GA id, nous définissons que la balise sera de type événement.

La catégorie sera Checkout et l’action OPC. Nous activerons une nouvelle fois les fonctionnalités avancées du commerce électronique et l’utilisation des variables de couche de données. Ensuite, nous allons créer un nouveau déclencheur de type évenement personnalisé que l’on appelera One Page Checkout et dont le nom de l’évenement sera checkout_opc :

article-gtm

Et voilà. Vous n’avez plus qu’à publier votre conteneur. N’hésitez pas à prévisualiser avant de publier afin de vérifier si tout se déclenche bien comme il faut.

Par exemple, est ce que la balise de suivi de base se déclenche bien sur toutes les pages? Est ce que la balise d’ajout au panier se déclenche lorsque l’on clic sur le bouton ? Est ce que la balise suppression du panier se déclenche lorsque l’on supprime un produit ? Si tout est bon publiez, sinon re-vérifiez et trouvez l’erreur.

Donc, le e-commerce amélioré c’est fait. Bien sûr, si vous aviez déjà un suivi Google analytics en place avant tout cela, vous devez le supprimer. Soit en désactivant le module soit en supprimant le code de suivi (selon la méthode que vous aviez utilisée).

Lecture complémentaire : Guide complet pour configurer Google Tag Manager et Google Analytics.

Retour au sommaire

Suivi multi-appareil User-id Google Analytics

Je vous propose d’aller encore plus loin avec Google Analytics. Savez-vous que vous pouvez suivre les personnes à travers leurs différents appareils et débloquer de nouveaux rapports dand Google Analytics ? (Oui, oui, comme des niveaux bonus dans un jeux vidéo ^^).

Note : cette partie est également disponible en slideshare téléchargeable :

Les rapports cross-device User-Id c’est quoi et à quoi ça sert ?

En fait, j’en parle dans cet article : Savez-vous vraiment ce qu’est Universal Analytics. Concrètement et visuellement, avant la mise en place de l’user-id, vous avez ça :

google-analytics-silo-device

Et après la mise en place, vous aurez ça :

universal-analytics-userId

Et de nouveaux rapports super sexy comme ça aussi :

article-gtm

Rapports qui vous permettront de comprendre dans Google Analytics à quel point vos utilisateurs utilisent différents appareils pour se rendre sur votre site.

Ils vous permettront également de comprendre l’appareil d’acquisition, les chemins cross-device les plus répandus. Autant d’informations précieuses pour faire des ajustements d’enchères par appareils dans Adwords par exemple.

Mais assez parlé de la présentation. Vous pourrez en apprendre plus sur l’exploitation de ces rapports chez Google : Rapport chevauchement des appareils, Rapport Chemins multi-appareils et Rapport Appareil d’acquisition.

Voyons maintenant la mise en place. Déjà le principe. On va utiliser le customer Id unique généré par Prestashop pour chaque client, le récupérer par GTM et l’envoyer à Google Analytics.

D’un point de vue un tout petit peu plus technique, il faut savoir que l’user-id doit être attaché à hit Google Analytics, c’est à dire à chaque page vue, évenement ou transaction associés à l’utilisateur.

La logique voudrait que cela plutôt que ce soit quelque chose rattaché à l’utilisateur (au niveau du scope Google Analytics. Plus d’infos ici) mais ce n’est pas le cas, notamment pour des raisons de lois et de vie privée (certaines lois n’autorisent à tracker les personnes que lorsqu’elles sont connectées).

Donc, il y a 2 approches, avec chacune des avantages et des inconvénient. Et puis en bonus, je vous donnerais une méthode pour profiter des avantages des 2 solutions.

Note importante : Pour la récupération de l’userId, j’ai été assisté par Fred, notre Champion (avec majuscule :-)) du développement chez FirstPoint.

article-gtm

La première approche est de passer par un cookie. On va créer un cookie à chaque page avec l’User-Id quand l’utilisateur est connecté. Puis on va récupérer l’user-Id dans le cookie par le biais de Google Tag Manager. Enfin, on l’enverra à Google Analytics.

Avantage : cette méthode vous permet de suivre les utilisateurs à travers leurs différents appareils même lors de sessions futures non loggées. Effectivement, vous pouvez paramétrer le cookie pour qu’il dure un bon moment (mettons une année) et si la personne ne l’a pas supprimé d’ici la, vous pourrez le tracker, même s’il n’est pas connecté. Et ce sur tous les appareils où il aura le cookie user-id.

Inconvénient : les cookies peuvent être bloqués par le navigateur du visiteur.

Pour commencer, il faut faire un petit override. Dis simplement, c’est la manière propre et recommandée d’ajouter du code à l’existant. Non, non. On ne modifie plus les fichiers sources. On en crée un nouveau qui « étend » les fichier d’origine. Ca s’appelle un override. Ca permet notamment de pouvoir mettre à jour votre CMS sans que la modification ne disparaisse.

Donc, tout commence par un override de la class Frontcontroller.php (classes/controller/FrontController.php).

On va donc dans /override/classes/controller et on crée un fichier FrontController.php qui va venir étendre notre frontController original de manière propre. Dedans on met :

article-gtm

Concrètement, ce code va vérifier s’il existe un customer id Prestashop (autrement dit est-ce que le client est connecté ?).

Si oui, il va créer un cookie qui s’appellera gtm-userid, qui contiendra l’id client prestashop de la personne connectée et qui sera valable 300 jours.

Notez que si la personne n’est pas connectée, il ne se passe rien.

Dernier point, nous devons maintenant récupérer cet user-id dans GTM. Nous allons donc créer une nouvelle variable personnalisée de type cookie propriétaire :

article-gtm

Vous n’avez plus qu’à enregistrer. Par acquis de conscience vous pouvez faire une prévisualisation sur votre site pour vérifier que vous récupérez bien votre variable :

article-gtm

Récupérer l’user-id par le dataLayer

La seconde possibilité est de récupérer l’userId par le biais du dataLayer.

Avantage : c’est la solution la plus fiable mais aussi la plus académique.

Inconvénient : moins performant pour tracker les futures visites non loggées.

La mise en place est différente de la méthode du cookie. Théoriquement, il faudrait récupérer l’userId dans un override du FrontController et le passer en variable smarty. Puis depuis smarty, pousser cette variable dans le datalayer avec un dataLayer.push().

Oui, sauf que notre module GTM crée déjà un dataLayer dans lequel il pousse tout ce dont on a besoin pour le e-commerce amélioré et le remarketing Google. Il faut donc faire autrement.

La solution logique c’est donc d’aller insérer notre userId (s’il existe) dans ce push initial fait par le module pour chaque page.

On va donc dans /modules/cdc_googletagmanager et on va éditer le fichier cdc_googletagmanager.php. Faites une recherche pour trouver : private function generateGtmTag(). De là, insérez le code comme il suit :

article-gtm

Concrètement, ces deux lignes ajoutés vont vérifier s’il existe un customer id prestashop (autrement dit si le client est connecté) et si oui, l’envoyer dans le datalayer au moment du push initial.

Ce qui fait que maintenant, lorsque l’on vérifie le contenu du dataLayer en étant connecté, on a bien notre userId avec nos autres variables de e-commerce amélioré :

article-gtm

Tout ce qu’il nous reste donc à faire est de récupérer cette valeur dans une variable de couche de données. Pour ça c’est facile, direction GTM, nouvelle variable définie par l’utilisateur, variable de couche de données. On l’appelle userId, on enregistre, et voilà :

article-gtm

Par acquis de conscience, une nouvelle fois, on va prévisualiser et aller vérifier sur le site si la variable est bien récupérée :

article-gtm

La récupération s’est bien passée :-).

Vous n’êtes pas obligé de choisir l’une ou l’autre des 2 méthodes. Vous pouvez conjuger les 2 pour profiter d’une fiabilité maximum au niveau du suivi des personnes authentifiées mais également de pouvoir suivre ces mêmes personnes lors de futures sessions non loggées.

Le principe est simplement d’envoyer à Google Analytics une fonction (plutôt qu’une valeur fixe). Cette fonction sera une variable javascript qui aura pour but de soit renvoyer l’userId dataLayer, soit l’userId du cookie.

La mise en place est détaillée chez Simo Ahavahttp://www.simoahava.com/gtm-tips/once-userid-always-userid/.

Envoyer l’userId à Google Analytics par Google Tag Manager

Bien, maintenant que l’on a notre userId, peu importe que vous l’ayez par un cookie ou par le dataLayer, il va falloir l’envoyer à Google Analytics.

Et comme vu plus haut, il faut l’envoyer pour chaque page vue, événement ou transaction.

Nous allons donc attacher à chaque balise Google Analytics un champ à définir avec la valeur de l’userId. Commençons par la balise GA – Suivi de base :

article-gtm

Et puis, c’est facultatif (mais intéressant) de passer l’userId en dimension personnalisée. L’intérêt réside notamment dans la possibilité de pouvoir comparer des données entre des utilisateurs loggés et d’autres qui ne le sont pas.

Il faut donc envoyer une dimension personnalisée aux balises Analytics en même temps que le champs à déclarer.

Pour pouvoir paramétrer une dimension personnalisée, vous devez connaitre son index. Pour ça, rendez-vous dans Google Analytics partie admin et dans la colonne Propriété, cliquez sur Définitions Personnalisées > Dimensions personnalisées puis sur le bouton +Dimension personnalisée.

Renseignez userId dans la case nom, laissez sur Hit et laissez la case actif cochée. Validez. La vous obtenez un code avec le fameux index à garder en mémoire :

article-gtm

Revenons maintenant dans GTM, toujours dans la balise GA – Suivi de base, on va aller dans Dimensions personnalisées, renseigner notre index et la valeur de l’userId :

article-gtm

 

Vous pouvez maintenant enregistrer la balise. Et vous devez faire de même pour toutes les balises Google Analytics existantes. Si vous avez uniquement les mêmes que moi, cela signifie faire la même chose aux balises suivantes :

article-gtm

Une fois que vous avez modifié avec succès toutes ces balises, nous allons maintenant passer dans Google Analytics pour paramétrer le suivi cross device.

Activer l’userId dans Google Analytics

La première étape consiste à activer la fonctionnalité au niveau de la propriété. Donc dans l’admin, vous dépliez les informations de suivi et cliquez sur User-Id :

article-gtm

La deuxième étape consiste à accepter les conditions. Google vous prévient que vous devez avoir le consentement de vos utilisateurs pour utiliser la fonctionnalité et mettre à jour (si elle ne l’est pas) votre politique de vie privée.

La troisième étape consiste à garder activé ou désactiver l’unification de sessions. Je vous conseille de la conserver activée.

article-gtm

 

En résumé, cette fonctionnalité permet de rattacher les hit d’avant authentification pour une session avec authentification. Ce qui est plutôt intéressant.

Dernière étape, création de la vue User-Id. Oui, il faut une vue séparée, rien de bien grave. Donnez-lui un nom, paramétrez pays et validez.

Vous avez maintenant une vue User-Id vous donnant accès aux nouveaux rapports évoqués plus tôt.

Attention toutefois, cette vue ne collecte des données que pour les hits avec user-id (donc les personnes qui se sont connectées, autrement dit les clients), ce qui signifie que vous aurez forcément beaucoup moins de volume que dans votre vue classique.

Mais les informations que vous allez y découvrir valent cher :-)

Retour au sommaire

Remarketing dynamique Google pour votre boutique Prestashop avec Google Tag Manager

Pour bien comprendre, le remarketing dynamique va vous permettre de présenter à vos clients potentiels une annonce contenant les produits qu’ils ont consulté sur votre site sans réaliser d’achat. Le tout de manière totalement dynamique.

Et c’est quelque chose qui fonctionne très bien et que vous voulez absolument utiliser pour booster vos ventes. N’est-ce pas ? :-)

Attention : le remarketing dynamique ne fonctionnera que si vous avez déjà un flux Merchant Center et que vos compte Merchant Center et Google Adwords sont associés.

Pour le mettre en place, nous devons donc commencer par aller récupérer les paramètres personnalisés (que l’on a activé dans le module GTM au tout début, si vous vous rappelez bien).

Le principe est de les récupérer dans une variable de couche de données. Celle-ci nous sera demandée lorsque nous allons créer la balise de remarketing. Vous ne comprenez pas tout? Ne vous inquiétez pas, ça va s’éclaircir petit à petit.

Nous allons tout d’abord aller vérifier ce qu’il faut récupérer. Pour ça je me rend sur mon site et je vais allumer le Tag Assistant.

Pour ceux qui ne savent de quoi je parle, il s’agit d’une extension Chrome bien pratique qui nous permet de voir les tags de n’importe quelle page et surtout de voir ce qui se trouve dans le DataLayer. Si jamais, j’explique comment installer l’extension et comment s’en servir ici.

Donc, j’allume mon Tag Assistant, et je vais regarder dans le Datalayer la variable à récupérer. Dans le cas présent c’est la variable google_tag_params :


article-gtm

On va donc aller dans les Variables afin de créer une nouvelle qu’on appellera devinez : oui, oui, google_tag_params.

article-gtm

Elle sera de type variable de couche de données (puisqu’elle est dans notre DataLayer) :

article-gtm

Maintenant que ça c’est fait, nous allons créer une nouvelle balise. Celle-ci sera de type Remarketing Google et nous l’appellerons « Adwords – Remarketing Dynamique » :

article-gtm

Vous devrez ensuite renseigner vos Id et label de conversion Adwords. La première étape consiste donc à les trouver. Pour cela, vous vous rendez dans Adwords et vous cliquez sur l’onglet Conversions :

article-gtm

De là, créez une nouvelle conversion de type Site Web :

sans-titre-2

Donnez lui un nom, (n’importe lequel, on s’en fout à ce stade). Choisissez ne pas donner de valeur et validez. De là, vous obtenez un code de suivi des conversions. Et à l’intérieur de celui-ci se trouvent vos id et label de conversion. Il s’agit donc de les copier :

article-gtm

Puis de les coller dans les cases de notre balise. Et ensuite de choisir variable de couche de données et de sélectionner google_tag_params que nous venons de créer :

article-gtm

Enregistrez avec un déclencheur toutes les pages.

Vous n’avez plus qu’à publier votre conteneur, c’est fini.

N’hésitez pas à prévisualiser avant de publier afin de vérifier si tout se déclenche bien comme il faut. Par exemple, est ce que la balise de remarketing se déclenche bien sur toutes les pages? Est ce qu’elle contient les infos nécessaires et que celles-ci correspondent bien à la page sur laquelle vous êtes ? Si tout est bon publiez, sinon re-vérifiez et trouvez l’erreur.

La mise en place technique c’est terminé. C’est quand même relativement simple avec le Tag Manager, vous trouvez pas ? :-)

Maintenant, vous n’avez plus qu’à monter votre campagne. Je vais vous expliquer les bases.

Retour au sommaire

Créer une campagne de remarketing dynamique dans Adwords

Commencez par aller dans Adwords, puis cliquez sur +campagne. Choisissez Campagne Display uniquement :

article-gtm

De là, choisissez l’objectif marketing Acheter sur votre site web :

article-gtm

Sélectionnez ensuite la zone géographique dans laquelle vous souhaitez diffuser, votre budget, le nom de votre campagne.

Maintenant cliquez sur « Afficher plus de paramètres. Alors, il y en a beaucoup et la plupart sont importants. Mais dans cet article, j’en resterais aux bases. N’hésitez pas à me contacter ou à poser des questions en commentaires si vous souhaitez aller plus loin.

Vous allez donc cliquer sur Utiliser les annonces dynamiques, sélectionner le type d’activité Commerce de détail et enfin sélectionner votre flux merchant center.

article-gtm

Cliquez ensuite sur le bouton Créer une campagne de remarketing.

Logiquement, Google va vous afficher une popup vous demandant d’installer la balise de remarketing sur votre site. En l’occurrence nous l’avons déjà fait, vous pouvez donc juste cliquer sur Continuer.

article-gtm

 

Là, Google vous crée automatiquement des listes de remarketing que nous allons pouvoir utiliser dans notre campagne.

Cliquez sur retourner à la campagne. Allez dans la bibliothèque partagée (menu tout à gauche) et vous pourrez ainsi les visualiser :

article-gtm

Il va falloir attendre qu’elles se remplissent pour pouvoir les utiliser mais cela ne nous empêche pas de terminer la campagne. C’est juste qu’il vous faudra quelques heures à quelques jours (selon votre volume de trafic) pour que la campagne démarre.

Généralement, il vous faudra re-créer la campagne, parce que Google ne l’a pas enregistrée. Vérifiez quand même, dès fois que…

Donc +campagne > Display uniquement > Acheter sur votre site > Afficher plus de paramètres > Utiliser les annonces dynamiques > Commerce de détail > Votre flux produit.

Vous arrivez maintenant sur la création d’un groupe d’annonces. Donnez-lui un nom qui correspond à votre ciblage. Par exemple Paniers abandonnés sans commande.

Note :  par défaut, les listes se basent sur 30 jours. Selon votre volume de trafic, vous pourrez diminuer cette durée. Par exemple paniers abandonnés 3, 7 ou 10 jours. Votre liste de remarketing doit simplement contenir au moins 100 cookies.

Choisissez ensuite votre enchère, la méthode de ciblage liste de remarketing et ajoutez la liste Visiteurs ayant abandonné leur panier d’achat.

article-gtm

 

Enregistrez et continuez. De là vous arrivez sur la création de l’annonce. Je vous invite à cliquer sur le bouton Ignorer la création de l’annonce.

De retour dans votre groupe d’annonces, vous allez maintenant cliquer sur le bouton +Annonces et choisir la galerie d’annonces :

article-gtm

Vous cliquerez ensuite sur Annonces dynamiques. Vous choisissez le type d’annonces que vous voulez parmi les trois :

article-gtm

Perso, j’aime assez en créer une de chaque, laisser tourner et voir ce qui marche le mieux. Et à terme évidemment, arrêter les moins performantes (et en créer de nouvelles à tester). Bref.

Vous prévisualisez votre annonce, vous enregistrez et voilà, l’affaire est faite.

La encore, nous n’avons fait que survoler. Il y a des dizaines de réglages et de paramètres additionnels dont nous n’avons pas parlé. Et clairement, ils peuvent avoir un impact énorme sur la performance de vos campagnes de remarketing.

N’hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire si vous souhaitez en savoir plus.

Retour au sommaire

Remarketing dynamique Facebook pour votre boutique Prestashop avec Google Tag Manager

Création d’un catalogue produits dans Business Manager

Comme pour le remarketing dynamique Google, le remarketing dynamique avec Facebook nécessite un flux de produits.

Notez que le flux de produits que vous générez pour envoyer chez Google peut être le même pour Facebook (et c’est le cas dans la plupart des cas).

Tout ce que vous avez à faire c’est de vous créer un Business Manager. Ensuite, allez dans les paramètres du Business Manager :

article-gtm

Puis vous allez créer un nouveau catalogue de produits :

article-gtm

Vous donnez un nom clair à votre catalogue (le nom de votre site par exemple). Vous pouvez si vous le souhaitez ajouter d’autres administrateurs pour votre catalogue. Enfin, vous rattachez votre pixel.

Bravo, vous avez créé un catalogue produits. Maintenant, il faut y insérer un fil de produits (autrement dit votre flux) :

article-gtm

Donnez un nom, définissez la monnaie, choisissez téléchargement récurrent programmé et validez :

article-gtm

Maintenant, il s’agit comme dans Merchant Center de renseigner l’url de récupération de votre flux ainsi que la fréquence et l’heure à laquelle Facebook va aller le récupérer :

article-gtm

Une fois que vous avez validé, Facebook télécharge votre flux et vos produits. Il vous informe de l’état d’avancement en temps réel et vous confirme que tout s’est bien passé.

Si votre flux contient beaucoup de produits, il faudra patienter quelques minutes à quelques heures.

article-gtm

Voila une bonne chose de faite. Maintenant, passons au pixel.

Retour au sommaire

Pixel et mise en place technique avec Google Tag Manager

L’idée, c’est de commencer par installer le pixel de suivi de base sur toutes les pages de votre boutique.

Ensuite, nous allons créer 3 nouvelles balises qui nous permettront de traquer le niveau d’avancement des visiteurs par rapport à vos produits.

Concrètement, ont-ils vu un ou plusieurs produits? Ont ils ajouté un ou plusieurs produits au panier? Ont-ils acheté un ou plusieurs produits?

Enfin, nous iront créer les audiences nécessaires dans Facebook puis nous aborderons brièvement la création de templates d’annonces pour vos campagnes Facebook DPA. Allons-y !

Vous noterez également que cette partie Taggage et mise en place des pixels sur Prestashop avec GTM est disponible sous forme d’un slideshare allégé téléchargeable :

Commençons par générer un pixel Facebook. Pour cela, depuis votre Business Manager, vous cliquez sur Pixel dans le menu :

article-gtm

Une fois sur la page Pixel, vérifiez que vous êtes calé sur le bon compte publicitaire. Si vous en gérez plusieurs, sélectionnez le bon dans la liste.

Ensuite dans le menu Actions, affichez le code du pixel (ou créer un pixel si vous n’en aviez pas) :

article-gtm

Copiez le code donné par Facebook et allez dans Google Tag Manager. Nous allons créer une nouvelle balise que nous appellerons « Facebook – Pixel de base« . Elle sera de type HTML personnalisé :

article-gtm

Dans le cadre qui vous est proposé, vous collez le code du Pixel Facebook copié il y a quelques instants :

article-gtm

Vous enregistrez. Ensuite vous cliquez sur le cadre de déclenchement, et vous attachez un déclencheur de type Page vue (Toutes les pages).

Maintenant, nous allons ajouter de nouvelles balises qui visent à compléter ce suivi de base en fonction de comportements des visiteurs : a-t-il vu un produit ? l’a-t-il ajouté au panier? l’a-t-il acheté ?

Ces ajouts sont ce Facebook appelle des événements standards.

Le « hic » c’est qu’en plus d’indiquer à Facebook un événement (produit vu, produit ajouté au panier, produit acheté), il va aussi falloir lui indiquer de quel(s) produit(s) l’on parle. Il va donc falloir lui envoyer les paramètres dynamiquement.

Attention : nous allons monter d’un cran au niveau technique. Soyez attentif.

Donc, nous allons commencer par créer les variables dynamiques dont nous avons besoin. Elles sont au nombre de 5 :

  • ID produit (attention, doit correspondre à l’ID de votre flux produit)
  • Prix du produit
  • Catégorie du produit
  • Monnaie du produit
  • Phase du tunnel (page produit, panier, achat)

On va donc commencer par aller regarder ce que l’on a dans le DataLayer. L’idée, c’est que si l’on a déjà des variables dont on peut se servir, tant mieux, on gagne du temps. Et s’il en manque, on ira dans faire des push depuis les fichiers tpl.

Allons donc sur une fiche produit. Ouvrez l’inspecteur Chrome en inspectant un élément au hasard. Cliquez ensuit sur l’onglet Console :

article-gtm

De là, vous allez taper dataLayer puis taper sur la touche entrée. Vous allez obtenir le contenu actuel de votre dataLayer :

article-gtm

Notez que je ne suis pas développeur et que bien que j’ai des notions (qui commencent à dater d’ailleurs), je ne suis pas un expert en javascript non plus. C’est pourquoi je ne vous expliquerais pas la signification de tout cela.

Je vais me contenter de vous expliquer ce que vous allez en faire :-). Commencez par déplier les objets, cela vous permettra de voir s’il y a des infos que l’on souhaite :

article-gtm

Bonne nouvelle. Nous avons dans notre DataLayer actuel toutes les informations que nous voulons.

Nous allons donc pouvoir créer des variables de couche de données pour récupérer ces informations et nous pourrons ensuite nous en servir dans les balises Facebook.

Note : Théoriquement, nous pourrions nous contenter de l’id produit. Les autres variables sont optionnelles mais elles nous permettront d’être beaucoup plus sophistiqué en reciblage.

Autre point important. Je vous ai dis plus haut que l’id que vous récupérez doit être le même que celui de votre flux produit. Dans mon cas, j’utilise le même flux pour Facebook que pour Merchant Center. Et je sais que mon id produit est effectivement le même que dans mon flux produit. Vous devez également vous en assurer.

2ème Note : si nous n’avions pas ces infos dans le dataLayer, il nous aurait fallu les envoyer par push. Vous souhaitez plus d’info ou de l’aide sur ce sujet? Contactez moi.

Bien, maintenant que nous avons identifié les variables à récupérer dans le DataLayer, nous allons retourner dans GTM.

Cliquez sur Variables puis Nouvelle. Commençons par la 1ère, currencyCode. Ce sera une variable de type couche de données :

article-gtm

Il faut maintenant faire la même chose pour category, id et price :

article-gtm

Maintenant que toutes les infos qui nous intéressaient sont récupérées dans des variables, nous allons pouvoir définir nos balises Facebook additionnelles.

Vous trouverez le code des événements standards ici : https://www.facebook.com/business/help/952192354843755?helpref=faq_content#addeventcode. Nous, ceux qui nous intéressent sont : ViewContent, AddToCart et Purchase.

Commençons par ViewContent. Nous  allons dans GTM et créons une nouvelle balise HTML personnalisée.

Je l’appelle Facebook – Pixel – ViewContent. A l’intérieur, je colle le code de l’évènement ViewContent. Et je viens l’enrichir avec mes paramètres facultatifs pour lesquels nous avons créé des variables :

article-gtm

Et la c’est le drame :-).

Mais non, mais non… Allons-y pas à pas.

Le code de base c’est : fbq(‘track’, ‘ViewContent’); Evidemment, puisque c’est un script, il faut le mettre entre balises <script>.

Ensuite, on vient rajouter des paramètres. Dans le cadre des Facebook Dynamic Product Ads, vous devez ajouter au minimum content_ids et content_type, ils sont obligatoires. Ensuite, value, currency et content_category sont optionnels mais appréciables pour faire des audiences ultra précises.

Vous noterez ici que selon le volume de trafic de votre site, vous n’avez peut être pas besoin d’être aussi fin (puisque plus vous segmentez plus vos listes sont petites.

Or il faut une audience d’au moins 1000 personnes pour diffuser). Mais bon, pour l’exemple faisons bien.

Pour comprendre un peu plus les paramètres, ce que l’on doit mettre dedans et la syntaxe; je vous invite à consulter cette page, celle-ci et celle-ci.

Pour ceux d’entre vous qui ne parlent pas anglais et qui n’ont aucune compétence en dev (personne n’est parfait lol), le mieux c’est de me croire sur parole et de copier-coller ce que j’ai écris :-)

Dernier point concernant le code plus haut. Les paramètres ont une clé (un nom en fait) et une valeur. Les clés sont données par Facebook, c’est logique. Seules les valeurs doivent être ajoutées par nos soins. Hormis la valeur de content_type qui elle, est donnée en dur, les autres vont être récupérées dynamiquement dans les pages.

On utilise donc les variables de couche de données que nous avons créé tout à l’heure. En fait, {{id}} correspondant à la variable de couche de données id. C’est la syntaxe. On met la variable entre {{ }}.

Donc si l’on résume, le code ci-dessus va nous permettre d’indiquer à Facebook qu’un visiteur a vu une fiche produit, et de lui passer les infos sur ce produit de manière dynamique.

Tout ce qu’il nous reste à faire maintenant c’est de définir un déclencheur. Donc si l’on réfléchis 2 secondes, sur quelles pages veut-on que cette balise se déclenche ?

Et bien, évidemment, dès qu’un visiteur voit une fiche produit.

Cliquons donc sur le cadre déclenchement, créons-en un nouveau que l’on appellera  « vue de fiche produit« . Ce sera un déclencheur de type page vue.

Mais l’on ne veut pas toutes les pages vues. On en veut certaines seulement. Vous cliquez donc sur certaines pages vues. Et puis maintenant, il va falloir définir une condition.

article-gtm

 

Dans un monde parfait, nous aurions une structure d’url de type /produit/ et ce serait super facile. La condition de déclenchement serait que l’url doit contenir /produit/ et basta.

Malheureusement, ce n’est pas le cas, il va donc falloir faire autrement. Il y a plusieurs possibilités. Moi je vais choisir la variable PageCategory que nous avions vu un peu plus tôt dans le Datalayer, rappelez-vous :

article-gtm

J’aurais également pu choisir un selecteur CSS mais bon, peu importe. La bonne pratique veut que l’on se base le moins possible sur des éléments DOM.

Donc dans la première case de condition, je fais défiler jusqu’en bas pour trouver nouvelle variable, je clique et je vais créer une nouvelle variable de couche de données que j’appelle pageCategory :

article-gtm

Vous enregistrez et de retour à votre condition, vous n’avez plus qu’à définir que vous souhaitez un déclenchement lorsque pageCategory est égal à product :

article-gtm

Vous n’avez plus qu’à enregistrer et nous avons terminé avec la première balise additionnelle de Facebook.

Passons donc à la deuxième. Celle que l’on veut déclencher au moment ou les personnes mettent un produit au panier.

Dans GTM, cliquez sur Nouvelle balise. Appelons la « Facebook – Pixel – addToCart« . A l’intérieur, je colle le code de l’évènement AddToCart. Et je viens l’enrichir avec mes paramètres facultatifs pour lesquels nous avons créer des variables :

article-gtm

Vous remarquez que c’est le même code que la balise viewContent si ce n’est que viewContent a été remplacé par AddToCart.

Sinon c’est tout pareil. Ensuite nous allons paramétrer le déclencheur. Nous suivons le même raisonnement que précédemment. A savoir, lorsque je suis sur la page panier, quelle valeur prend ma variable pageCategory ?

article-gtm

Chez moi c’est order. Mais je suis en Checkout standard en 5 étapes. Vérifiez quand même que ce soit order chez vous aussi si vous êtes en One Page Checkout (mais théoriquement c’est pareil).

Et donc, je vais créer un nouveau déclencheur que j’appelle « Vue de panier » et qui aura pour condition pageCategory est égal à order :

article-gtm

Impec. Maintenant la dernière balise, celle qui correspond à l’achat.

Même combat, on crée une nouvelle balise HTML personnalisée que l’on va appeler Facebook – Pixel – Purchase. A l’intérieur, je colle le code de l’évènement Purchase. Et je viens l’enrichir avec mes paramètres facultatifs pour lesquels nous avons créer des variables :

article-gtm

Une nouvelle fois, vous remarquerez que la seule chose qui change par rapport à la balise précédente, c’est le AddToCart qui devient Purchase.

Ensuite nous allons paramétrer le déclencheur. Nous suivons le même raisonnement que précédemment. A savoir, lorsque je suis sur la page de confirmation de commande, quelle valeur prend ma variable pageCategory ?

article-gtm

C’est donc orderconfirmation. Je vais donc créer un nouveau déclencheur que j’appelle « Vue de Page de confirmation » et qui aura pour condition pageCategory est égal à orderconfirmation :

article-gtm

Vous n’avez plus qu’à enregistrer votre balise et nous en avons terminé avec l’implémentation Facebook :-).

Quelques notes toutefois : chez moi, toutes les étapes du checkout sont en pageCategory order. Sauf la dernière ou pageCategory devient payment. Il peut être intéressant de faire une balise spécifique pour les personnes qui vont jusqu’au paiement.

Cela permettrait par exemple de les recibler un peu plus cher que les abandonneurs de panier simple. (ce qui est logique puisqu’ils ont plus de valeur quelque part).

Autre chose, vérifiez que pour chaque mode de paiement, votre pageCategory soit bien orderconfirmation. Tous les modules n’envoient pas sur une même page de confirmation. Donc vérifiez systématiquement. La encore, la logique voudrait que ce soit pareil. Mais vous connaissez le meilleur moyen d’en être sûr.

Vous n’avez plus qu’à publier votre conteneur.

N’hésitez pas à prévisualiser avant de publier afin de vérifier si tout se déclenche bien comme il faut. Par exemple, est ce que la balise de vue de fiche produit se déclenche bien sur les fiches produit? Est ce que la balise d’ajout au panier se déclenche bien lorsque vous êtes sur la page panier ? Est ce que la balise vue de page de confirmation se déclenche lorsque l’on valide une commande? Si tout est bon publiez, sinon re-vérifiez et trouvez l’erreur.

Un bon moyen de vérifier que cela fonctionne c’est de regarder votre page pixel au bout de quelques minutes (ou quelques heures, selon votre trafic). Théoriquement, vous devriez avoir quelque chose comme ça :

article-gtm

Retour au sommaire

Définir un séquençage pour les balises Facebook

Un dernier point important. Désormais, GTM vous permet de définir l’ordre dans lequel vos balises doivent se déclencher.

C’est très intéressant puisque la par exemple, on ne veut pas que nos balises Pixel – ViewContent, AddToCart et Purchase se déclenchent avant le Pixel de base. On ne le veut pas parce que si c’était le cas, ça ne fonctionnerait pas, tout simplement.

On va donc prendre nos 3 balises les unes après les autres et les paramétrer de sorte à ce qu’elles ne se déclenchent que si la balise Pixel de Base a déjà été déclenchée.

Pour cela, on va dans la balise, disons ViewContent. On déplie les paramètres avancés puis le séquençage des balises:

config-tag-manager-prestashop

Et on va définir que l’on veut que l’on veut déclencher une balise avant le déclenchement de celle-ci, en l’occurrence la balise du suivi de base.

Et on peut même aller plus loin en disant que si la balise du Pixel de base n’est pas déclenchée, on ne déclenche pas celle-la :

config-tag-manager-prestashop

Je vous invite à faire de même avec avec les deux autres balises : Facebook – Pixel – addToCart et Purchase.

Retour au sommaire

Création des audiences dans de remarketing dynamique dans Facebook

Ok, allons maintenant jeter un petit coup d’œil rapide dans Facebook afin de voir comment exploiter tout ce que nous venons de faire. Retournez dans votre page Pixel. Nous allons créer des audiences :

article-gtm

L’idée va être de créer une audience pour les personnes ayant vu un ou plusieurs produits, une autre audience pour les personnes ayant ajouté un ou des produits au panier et une autre pour les personnes ayant acheté un ou plusieurs produits.

Pour cela, nous allons créer une audience de type combinaison personnalisée. La première aura ces paramètres :

article-gtm

Notez que j’ai fais une audience en laissant la temporalité à 30 jours. Selon votre volume de visiteurs, je vous invite à faire beaucoup plus court.

Moi j’aime assez avoir par exemple 3, 7 et 30 jours. J’aurais également pu ajouter une condition grâce aux paramètres additionnels que nous avons ajouté à nos balises.

Par exemple, recibler uniquement les personnes ayant vu un produit qui coûte plus de 250€. Ou de la famille de produits badges et accessoires. Vous voyez l’idée. C’est juste ultra puissant.

Mais l’on dépasse le scope de cet article. Si vous souhaitez un article sur les stratégies de remarketing, n’hésitez pas à me faire savoir votre intérêt en commentaire ou à me contacter pour que je gère vos campagnes dynamiques :-).

Bien, maintenant, il s’agit de créer des audiences pour les 2 autres événements AddToCart et Purchase. Configurez-les de la même façon :

article-gtm

Tout ce qu’il reste à faire maintenant, c’est de créer les campagnes ! Allons-y !

Retour au sommaire

Création d’une campagne Facebook Dynamic Product Ads dans Power Editor

Passons dans le Power Editor :

article-gtm

En haut à droite vous cliquez sur le bouton créer une campagne. De là s’ouvre l’assistant.

Vous choisissez l’objectif ventes sur un catalogue produits, vous donnez un nom à votre campagne (moi j’ai choisis Retargeting Facebook) et vous continuez :

article-gtm

De la, vous allez devoir créer un groupe de produits.

Il y a bien des stratégies avancées intéressantes afin de créer des groupes de produit segmentés. La on touche aux techniques avancées qui dépassent le scope de cet article. On va donc commencer avec tous les produits de votre flux :

article-gtm

Ensuite, vous allez paramétrer votre ciblage. Vous avez plusieurs options prédéfinies intéressantes et la possibilité de faire du 100% personnalisé.

Dans l’exemple, je vais cibler les personnes ayant ajouté un produit au panier dans les 3 derniers jours mais ne l’ayant pas commandé :

article-gtm

Note : Attention, si votre audience est trop petite, vos annonces ne seront pas diffusées. Votre audience doit faire au moins 1000 personnes. Donc selon votre trafic, vous pourrez être plus ou moins précis.

C’est la règle du jeu. Les gros sites ont clairement l’avantage ici.

Important : si les stratégies avancées de remarketing vous intéressent, faites le savoir en commentaire et/ou contactez-moi :-) On peut parler de groupes de produits segmentés, de combinaisons d’audiences et de conditions personnalisées. Il y a tellement de choses possibles (et passionnantes!). Bref!

Continuez de régler les détails de votre groupe de produits avec les autres réglages qui sont relativement explicites (emplacement, enchères, budget, etc…), donnez lui un nom puis validez.

Enfin, créez votre annonce dynamique. Choisissez son format (carrousel ou image seule). Je préfère le carrousel qui généralement donne de meilleurs résultats. Mais testez, ma vérité n’est pas forcément la vôtre.

Ensuite, vous devez régler les différents éléments de votre publicité.

Quel sera le titre, la description, le texte, le bouton d’appel à l’action ? Vous pouvez laisser les réglages par défaut qui ne sont pas mal pour débuter ou ajouter des éléments (par exemple la marque à côté du nom du produit), un bouton d’appel à l’action (il n’y en a pas par défaut).

Faites votre sauce et n’hésitez pas à créer plusieurs publicités différentes afin de voir ce qui marche le mieux pour vous.

article-gtm

Maintenant vous passez la commande avec le bouton vert tout en bas à droite et voilà.

Il n’y a plus qu’à attendre de Facebook valide votre publicité et votre reciblage dynamique sera en route.

Note : une erreur intéressante dans mon screenshot ci-dessus. On voit que la qualité des images est mauvaise. Cela vient du fait que la taille des images de mon flux est inférieure à ce que recommande Facebook (600 px x 600px).

Après coup, j’ai donc été modifié la taille des images à prendre dans mon module de flux Merchant Center afin qu’il prenne des images qui ont au minimum cette taille.

Pour rappel, vous pouvez connaitre la taille des images de votre boutique Prestashop en allant dans  Préférences > Images :

config-tag-manager-prestashop

 

Notez que 800px x 800px cela ne pose aucun problème au niveau du flux Merchant Center. Vous pouvez consulter les spécifications pour les images ici (si vous êtes curieux :-)).

Le mot de la fin

Un sacré travail que cet article. Beaucoup, beaucoup de choses ont été vues, étapes par étapes. Et si vous êtes arrivé jusqu’ici et que vous avez tout mis en place félicitations.

Mais n’oubliez pas que ce ne sont que les bases. Les stratégies de remarketing dynamique mériteraient un article au moins aussi long.

Entre les durées de listes, les paramétrages de campagne (rotation des annonces, limitation du nombre d’impression, méthode de diffusion, etc…) les paramètres additionnels des listes, la segmentation des groupes de produits, les objectifs (upsell, cross sell, rétention, etc), bref, nous avons seulement effleuré la surface.

C’est un métier, vous l’avez compris. Ce guide vous aidera à démarrer et à je l’espère augmenter votre chiffre d’affaires, c’est quand même le but.

Mais sachez que si vous souhaitez passer au niveau supérieur, il vous faudra passer par un spécialiste ou être prêt à passer des heures et des heures à apprendre, encore et toujours. Et à faire quelques erreurs aussi ^^.

Enfin, s’il vous plait, si vous trouvez qu’il y a de la valeur sur cette page, partagez-la !

A propos de l’auteur

Responsable E-commerce pendant 6 ans. Gérant de mon agence Chablais Web pendant 3 ans. Désormais à la tête du Marketing Digital chez FirstPoint Sàrl en Suisse.

Spécialiste multi-certifié des solutions Google et Facebook, j’aide les entreprises à faire d’internet leur meilleur atout. Envie d’aller plus haut ? Contactez-moi.